18 novembre 2009

L'affaire M. - page 6

Pendant le voyage, il se remémorait les paroles du gouverneur. Armand Beck avait été élu à ce poste depuis de nombreuses années et avait décidé de prendre sa retraite. Il lui restait encore dix-huit mois de mandat et espérait bien que sa succession fut reprise par Bob, le fils de son meilleur ami d’enfance Ben Mac Adam. Mais ce qui importait surtout à Armand c’est que Peter résolve cette affaire au plus vite.

Peter savait que malgré le fait que l’hélicoptère devait traverser tout le comté, il lui faudrait encore faire le chemin de retour pour être dans ses bureaux pour recevoir Bob et Janet le soir même. Il décida donc de s’assoupir quelques peu.

La nuit était maintenant bien avancée, Damon roulait avec les Mac Adam vers leur propriété et lui aussi avait encore du pain sur la planche.

Le téléphone de Peter sonna. C’était le responsable en chef des recherches sur la Montagne fleurie. Les derniers indices retrouvés sur place semblaient confirmer sa théorie.

A peine avait-il raccroché le combiné que le téléphone sonna de nouveau. Le chef du laboratoire interne, chargé de l’analyse de la boite noire, lui demandait de venir de toute urgence. Il s’engouffra dans l’ascenseur, inséra une clef dans la serrure située sur le panneau de contrôle de l’appareil, et appuya sur le bouton du septième sous-sol.

La boite noire était à la grande surprise générale, en excellent état. Il n’avait donc pas été très difficile dans extirper les données.

Les conversations du pilote avaient été limités à la demande d’autorisation de décollage, puis une fois toutes les procédures terminées, plus rien.

Les données relatives à l’appareil, ne donnait qu’une perturbation de trajectoire qui fut rectifiée, puis après plus de problème pendant près de quarante minutes avant que l’appareil ne commence à perdre de l’altitude sans qu’aucune manœuvre de redressement ne fut entreprise.

Décidément, tout corroborait la thèse de Peter. Il était maintenant persuadé qu’il ne se trompait pas.

Il reprit le chemin de son bureau, mais l’ascenseur fut stoppé pendant son ascension au rez de chaussée. Lorsque la porte s’ouvrit, Oliver Strong s’y engouffra accompagné d’un homme et de deux femmes. Visiblement, ils étaient choqués et avaient subi une expérience des plus désagréables.

Peter avait chargé Oliver d’aller enquêter à l’aérodrome d’où avait décollé le jet. Il revenait avec le pilote, l’hôtesse et la nurse qu’il avait retrouvés ficelés et séquestrés dans le magasin de pièces détachées de l’aérodrome.

C’est Oliver qui était à l’origine du fax envoyé à Peter sur les lieux de l’accident. Oliver n’avait pu utiliser son téléphone portable, car le réseau de son opérateur ne couvrait pas cette zone du comté, il avait donc contacté le bureau, qui sachant que Peter ne pouvait être joint ni pendant son vol en hélicoptère, ni sur les lieux de l’accident trop montagneux pour laisser passer un signal, avait adressé un fax à toutes les équipes susceptibles de croiser Peter.

---§---

Marc Sullivan fut accueillit par Volpert qui le guida pour rejoindre le salon d’été. Après une poignée de main virile, Damon le présenta à Janet et Bob.

Janet était fatiguée et annonça qu’elle les laissait pour aller se reposer. Au même instant, Myriam, la femme de chambre de Janet apparut à l’entrée du salon. Elle prit Janet par le bras pour la soutenir et l’accompagner jusqu’à la chambre. Bob, s’enquit de l’état de Janet qui lui assura pouvoir se débrouiller avec l’aide de Myriam, il lui déposa alors un baiser empli de tendresse sur le front et la regarda s’éloigner. Lorsque qu’elle disparue engloutie par le corridor, il se retourna vers Damon et Marc. Le silence qui s’était installé se brisa et la discussion reprit.

Posté par phoenixdu92 à 13:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur L'affaire M. - page 6

    Pas mal parti !

    Mais il est tard/heuuu très très tôt.
    J'ai peu de temps pour lire en ce moment, alors la suite 1 autre jour.

    Posté par cck, 21 novembre 2009 à 01:58 | | Répondre
Nouveau commentaire